LA MENACE DU FRELON ASIATIQUE
Images : 60 | Non choix : 98 12 3
Sur la piste d’un tueur d’abeilles en série...
Les abeilles n’avaient pas besoin de ça ! Après l’épisode Gaucho, le varroa, le syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles (ou CCD), la suspicion de toxicité des OGM, la dernière menace en date à pris la forme d’un frelon. Il s’agit du frelon asiatique (Vespa velutina) importé au gré des échanges commerciaux avec l’Asie. Il pointe son nez en France en 2005. Bien implanté maintenant dans la région bordelaise, il gagne du terrain et débarque en Île de France.
Nous avons déjà chez nous un frelon, plus gros - Vespa crabro. Mais le frelon asiatique est beaucoup plus prolifique. Son nid contient plusieurs milliers d’individus contre plusieurs centaines pour le nôtre. L’autre problème est que l’abeille a développé des moyens de défense contre Vespa crabro au gré de l’évolution alors qu’elle est totalement à la merci du nouveau venu. Le frelon a une technique éprouvée. Il se poste en vol stationnaire à l’entrée de la ruche, fond sur l’abeille qui tente d’y revenir, la capture, la coupe en morceaux, prélève son thorax, le mâche dans ses mandibules puissantes et ramène dans son nid une boulette de protéines qu’il donnera en pâture à ses larves. Le ballet macabre dure toute la journée. Ce comportement, multiplié par les milliers de chasseurs que contient un seul nid donne le tournis. La seule stratégie de défense des abeilles contre l’envahisseur est de se masser à l’entrée de la ruche, formant une langue mouvante et protéiforme composée de centaines d’individus. Mais cette stratégie, purement défensive, à un coût énergétique exorbitant et les abeilles s’épuisent à protéger la ruche plutôt que de récolter le pollen ou de s’occuper du couvain. Quelques semaines suffisent pour que la ruche se vide de ses habitants. Alors c’est la curée et les frelons, de plus en plus téméraires, finissent par investir les lieux pour piller le miel et le couvain. Les organismes scientifiques français, tels le CNRS, le Muséum d’Histoire Naturelle et l’INRA se mobilisent pour étudier l’envahisseur, déterminer ses origines précises, séquencer son ADN, décortiquer son régime alimentaire, découvrir ses attirances et ses manies afin de développer des moyens de lutte efficaces et ciblés, en évitant d’utiliser les pièges classiques qui détruisent toutes sortes d’autres insectes, tels que les papillons, les sauterelles, les coléoptères, enfin, tous les autres acteurs de la biodiversité déjà suffisamment mise à mal...

Accompagnons les scientifiques sur la piste de Vespa velutina, serial killer...
~~~~~~~~
Voir les publications  
Images : 60 | Non choix : 98 12 3